Menu principal

Dernières nouvelles

WEB TV : NOUVEAU REPORTAGE !

La journée de pré-rentrée au domaine de la Marsaudière

En savoir plus



WEB TV : NOTRE PROJET D'ETABLISSEMENT

Découvrez le projet, en vidéo !

En savoir plus



Côté Chardin : Le journal du lycée

A partir de cette édition, le journal du lycée ne sera disponible qu'en ligne.

En savoir plus



Espace Teilhard de Chardin

Découvrez et participez au nouvel annuaire de la "Communauté Teilhard"

En savoir plus



Les salons pour trouver son Stage/ Alternance

Nos conseils pour préparer les Salons

En savoir plus



Déclarer, verser sa taxe d'apprentissage en ligne

En savoir plus



Les rendez-vous Ecoles et Entreprises à Saint Maur

En savoir plus



Notre page Facebook officielle

Rejoignez nous nombreux ! Cliquez sur "J'aime"

En savoir plus



Jeu d'échecs

Venez vous initier ou vous perfectionner  tous les lundis

En savoir plus



P. Pellé sur radio Le Mouv

Une présentation du salon de l'ADREP virtuel

En savoir plus



Plus de nouvelles

Deuxième voyage : Février 2003

Une semaine à Tok n’est pas une semaine ordinaire pour une Directrice Adjointe de Teilhard de Chardin.

 

Je ne parle pas du changement météorologique ni même du changement géographique même si ceux-ci sont dépaysants. Non je veux parler d’un projet peu commun et inattendu que j’ai découvert. Ce projet intitulé : projet de la promotion humaine a été créé par Baba Simon puis poursuivi par des personnes courageuses (et le mot est faible) .Le père Aurenche prêtre et médecin, le père Grégoire , Nicole Payelle Directrice du collège Baba Simon , y consacrent leur vie. Basé sur le principe de la responsabilité, il se veut formateur dans les domaines de la santé, de l’agriculture, de l’éducation, de la nutrition, et bien entendu de la formation spirituelle, tout en respectant les traditions ancestrales. Chaque jour fut pour moi l’occasion et la chance de rencontrer les populations locales dans leur saré (habitation traditionnelle), d’échanger sur leurs soucis quotidiens : la culture du mil ou du coton. Comment ne pas admirer ces femmes continuellement occupées à élever leurs enfants (souvent entre 7 et 9 enfants), à cultiver tôt le matin , à transporter sur leur tête des charges incroyablement lourdes, et depuis peu s’initient à la broderie pour vendre nappes et mouchoirs à la maison de l’artisanat. Au cours de cette semaine mon emploi du temps fut partagé entre le matin les cours d’informatique donnés aux professeurs et à notre ami Cheylié, et l’après-midi la visite des «passerelles». Elles permettent aux élèves de se familiariser avec l’agriculture, la menuiserie, la maçonnerie, la mécanique et pour les filles avec la couture. Lorsque ces élèves retourneront dans leurs villages ils pourront apporter leurs connaissances permettant de faire progresser tout le village. Assister à des cours au collège Baba Simon ne laisse pas indifférent. Ceux-ci se déroulent dans un silence respectueux malgré le nombre important d’élèves par classe : 50 en moyenne. Je n’oublierai pas non plus la soirée passée au saré Capsiki avec les étudiants en partageant la boule de mil, la fête de la jeunesse où les élèves du collège Baba Simon ont remporté le premier prix du défilé. La grande réussite du projet de la promotion humaine réside dans sa continuité contrairement à certains projets d’ONG qui ne sont qu’éphémères même si au départ ils sont bâtis avec de bonnes intentions.