Menu principal

Dernières nouvelles

WEB TV : L'ENTRETIEN DE LA SEMAINE

Marie-Christine Pasareanu, pour la fête de la science et le soutien à Horizon Cancer.

En savoir plus



WEB TV : VOYAGE EN ALLEMAGNE 2014 !

Le récit d'Emma et Maxime...

En savoir plus



Côté Chardin : Le journal du lycée

A partir de cette édition, le journal du lycée ne sera disponible qu'en ligne.

En savoir plus



Espace Teilhard de Chardin

Découvrez et participez au nouvel annuaire de la "Communauté Teilhard"

En savoir plus



Les salons pour trouver son Stage/ Alternance

Nos conseils pour préparer les Salons

En savoir plus



Déclarer, verser sa taxe d'apprentissage en ligne

En savoir plus



Les rendez-vous Ecoles et Entreprises à Saint Maur

En savoir plus



Notre page Facebook officielle

Rejoignez nous nombreux ! Cliquez sur "J'aime"

En savoir plus



Jeu d'échecs

Venez vous initier ou vous perfectionner  tous les lundis

En savoir plus



P. Pellé sur radio Le Mouv

Une présentation du salon de l'ADREP virtuel

En savoir plus



Plus de nouvelles

Retour vers le futur

Je me suis rendu à Tokombere (Nord Cameroun) pour la 3ème fois entre le 18 et le 28 février 2009.

Mon dernier voyage datait de février 2006. Ces déplacements s'effectuent dans le cadre d'un partenariat mis en place par le diocèse de Créteil avec le collège Baba Simon de Tokombere.

Depuis 2001, le lycée Teilhard de Chardin envoie du matériel informatique et des personnes pour former les enseignants du collège et du lycée Baba Simon. On trouvera des comptes rendus des précédents voyages sur le site du lycée.

Cette fois-ci, il y avait trois objectifs à notre visite :

  • Faire le point sur l'état du matériel en service et sur les besoins en formation des enseignants de la matière Informatique inscrite au programme des examens d'État
  • Réparer le matériel dans la mesure du possible
  • Effectuer deux types de formation :
    • une formation sur Excel et Powerpoint à 16 professeurs et membres du personnel
    • une formation à la programmation pour les professeurs d'Informatique et du personnel de gestion de l'hôpital.

Bien que relativement bref, notre séjour nous aura permis d'atteindre tous nos objectifs.

Sur une dizaine d'ordinateurs en panne, nous avons pu en remettre sept en service.

Les formations, données en parallèle par mon fils, ingénieur informaticien et moi-même, ont été fortement appréciées et permettront aux stagiaires d'entamer un travail personnel d'approfondissement dans de bonnes conditions.

Par ailleurs, l'état d'une partie du matériel est assez préoccupant (ordinateurs en fonction depuis 13 ans) et il me semble qu'il serait nécessaire de faire un gros effort pour leur procurer un matériel plus récent.

Ce voyage est aussi l'occasion de découvrir dans son ensemble le projet de promotion humaine de Tokombere. Nous avons donc pu découvrir ou redécouvrir les projets de l'hôpital, de la maison du paysan, de la maison de l'artisanat et des jeunes entrepreneurs.

Nous sommes également allé rendre visite aux élèves du lycée dans leur saré. Il faut comprendre que les élèves du lycée proviennent, pour une grande partie d'entre eux, des villages environnants à plusieurs heures de marche.  Les villages ont donc construit, à proximité de l'établissement, des maisons pour héberger leurs enfants. Les élèves de la 6ème à la terminale y vivent toute la semaine en autonomie. Ils prennent en charge par rotation les différentes tâches ménagères et d'entretien quotidien. Les conditions de vie y sont très spartiates : un bâtiment de brique avec un toit en tôle ondulée aménagé en quatre chambres, pas d'électricité, pas d'eau courante. Ces élèves mangent un repas par jour, toujours le même, des boulettes de mil avec une sauce à base de poisson séché. Ce qui est particulièrement frappant pour le visiteur occasionnel, c'est la volonté d'étudier de ces jeunes. Placés dans des conditions difficiles à 50 et plus par classe, ils sont disciplinés et attentifs. Ne disposant pas de lumière dans leur maison, ils se rendent au lycée tous les soirs de 19h à 22h pour faire leur travail scolaire. En voyant cela, on ne peut qu'être impressionné et on se dit que ces jeunes sont l'avenir de leur pays et que l'éducation déterminera le futur de l'Afrique.